J’ai rencontré pour la première fois David Laroche hier au soir à Paris et j’aimerai vous partager ce que cela m’a inspiré pour ma propre activité.

Si vous êtes formateur, manager, directeur, entrepreneur, coach, conférencier, thérapeute ou consultant, ce post va vous intéresser. Je précise que je ne dévoile pas le contenu de son intervention, mais bien ce que cela m’a simplement inspiré.

1 – UNE PRECISION CHIRURGICALE LORSQUE VOUS SOUHAITEZ CONSEILLER QUELQU’UN

Lorsque quelqu’un vous présente un problème pour lequel il aimerait avoir une solution, bien souvent, ce qui le dérange n’est pas suffisamment identifié. Imaginons quelqu’un qui vous dirait son problème avec la phrase :

Problème : « Je ne m’aime pas assez.« 

Lorsque vous lui demandez la solution qu’il envisage :

Solution : « J’aimerai m’aimer plus.« 

Il est impossible d’aider l’autre efficacement à partir de ce matériel. David a réalisé des mini-séances de coaching en direct et j’ai remarqué qu’il attachait une grande importance à demander des précisions chirurgicales à l’accompagné. En reprenant notre exemple, il conviendra ici de demander à la personne de préciser toujours davantage son problème et la solution qu’il envisage jusqu’à arriver à quelque chose comme :

Problème : « Je n’aime pas mon ventre quand je me regarde dans la glace le matin.« 

Solution : « Dans 2 mois, j’aurai perdu 5kg grâce à un changement dans mon alimentation et je démarre demain matin.« 

2 – CONNAIS-TOI TOI-MEME ET TU AIDERAS MIEUX LES PERSONNES DE TON ENTOURAGE

Le deuxième conseil, c’est qu’il existe une corrélation entre comment vous évoluez et la qualité de l’aide que vous pouvez proposer à votre entourage pro et perso. Plus vous connaissez vos faiblesses et vos forces, plus votre accompagnement sera efficace. De même, plus vous avez connaissance des biais sociologiques et psychologiques, plus vous avancerez efficacement.

Imaginons qu’une personne arrive pour vous parler de ses problèmes. La plupart du temps, cette personne arrivera avec une « demande-écran », c’est-à-dire que la raison pour laquelle elle vous parle n’est pas la cause de son véritable problème, qu’il conviendra ensuite de déceler.

Problème : « J’en ai marre de devoir remplir ces formulaires à longueur de journée. »

Véritable problème : « Je ne vois plus assez ma famille, mon corps est fatigué. »

3 – SOYEZ DÉMOTIVÉ POUR CE QUI NE VOUS INTÉRESSE PAS 

Ce troisième conseil n’est pas en lien direct avec les relations, mais invite chacun à se centrer sur ce qui est vraiment important pour soi. Combien de personnes décident de mener des projets ou d’orienter leurs activités vers ce qui ne les motivent pas vraiment ? David a invité la salle à être super-démotivé pour ce qui n’est pas important pour soi, afin de ne pas perdre son temps et son énergie à faire quelque chose qui ne nous correspond pas.

Exemple : « Je n’arrive pas à terminer ce livre.« 

Question à se poser : « Est-ce que c’est vraiment important pour moi ? N’y a -t-il pas un autre sujet qui m’importe d’avantage et qui ne me demanderai aucun effort ?. »

4 – S’ENTOURER DE GENS QUI SONT CAPABLES D’ENTENDRE DES MOTS DIFFICILES

L’amour, c’est aussi et surtout dire ce que l’on ressent, même si ça fait passer l’autre par une phase difficile pour le faire évoluer. S’entourer de gens qui sont capables de comprendre qu’on les aime en leur disant des choses qui ne leur font pas forcément plaisir, font les bons amis.

Exemple : « Marina, à chaque fois tu viens me parler de ton problème et j’ai envie de t’aider, mais tu ne veux pas que ça change, tu veux simplement m’en parler. Si ça te va, on réfléchie ensemble à comment tu peux passer à l’action pour que ça évolue, mais si tu veux simplement continuer à me parler pour te décharger, je ne t’écouterai plus, parce que je t’aime et que je sais que t’écouter ne te rendra pas service. »

L’inconscient de Marina : « Je viens te parler de mon problème, mais pas pour changerJe te parle de mon problème et ça me permet de rester dans ma zone de confort. Au fond de moi, je veux que ça change. »

5 – AVOIR LA CONVICTION QUE L’AUTRE VA Y ARRIVER

C’est celui qui a le plus de conviction ou celui qui a le plus confiance qui gagne. Imaginons la situation classique dans laquelle une personne arrive vers vous pour vous dire qu’il se sent incapable de faire telle ou telle chose, parce qu’il ou elle se sous-estime.

Si vous êtes convaincu du contraire, vous ferez basculer la vision que l’autre a sur lui, parce que vous croyez en lui, plus qu’il ne croit en lui-même. Si vous croyez dans le potentiel des gens qui vous entourent, tout est possible. A l’inverse, si vous ne croyez pas en l’autre, rien n’est possible.

___

Si vous ne connaissez pas David Laroche, je vous invite à le découvrir en allant sur YouTube. Je vous invite, vous aussi, à participer à des séminaires inspirants pour garder le bon Mindset. David a énormément donné de valeur, il a d’ailleurs tellement donné que je me suis demandé s’il arrivait à s’y retrouver au niveau de l’énergie et de son espace personnel ? Dans la prise de parole, il est souvent plus facile de donner que de recevoir, et j’ai eu le sentiment que c’était un axe d’amélioration possible.

Merci d’avoir lu ! 😊

Si l’article vous plaît, mettez un mot dans les commentaires et j’en ferai de nouveaux ! :p

#conferencier #memoire #actusciences #maximetarcher #lesastucesdupsy #davidlaroche #conference #coaching #prisedeparole